Sur la piste du Grelot

Quelques œuvres qui font déjà la part belle au(x) grelot(s)…

« Et maintenant bien sûr, ça fait six ans déjà… Je n’ai jamais encore raconté cette histoire. Les camarades qui m’ont revu ont été bien contents de me revoir vivant. J’étais triste mais je leur disais : « c’est la fatigue … ».
Maintenant je me suis un peu consolé. C’est-à-dire… pas tout à fait. Mais je sais bien qu’il est revenu à sa planète, car, au lever du jour, je n’ai pas retrouvé son corps. Ce n’était pas un corps tellement lourd… Et j’aime la nuit écouter les étoiles. C’est comme cinq cents millions de grelots…
Mais voilà qu’il se passe quelque chose d’extraordinaire. La muselière que j’ai dessiné pour le petit prince, j’ai oublié d’y ajouter la courroie de cuir ! Il n’aura jamais pu l’attacher au mouton. Alors je me demande : «  Que s’est-il passé sur sa planète ? Peut-être que le mouton a mangé la fleur… »
Tantôt je me dis : « sûrement non ! le petit prince enferme sa fleur toute les nuits sous son globe de verre, et il surveille bien son mouton… »  Alors je suis heureux. Et toutes les étoiles rient doucement.
Tantôt je me dis : « On est distrait une fois ou l’autre, et ça suffit ! Il a oublié, un soir, le globe de verre, ou bien le mouton est sorti sans bruit pendant la nuit… » Alors les grelots se changent tous en larmes !…
C’est là un bien grand mystère… »

  • Extrait de Les Djinns, Victor Hugo. En voici un extrait :

La voix plus haute
Semble un grelot.
D’un nain qui saute
C’est le galop.
Il fuit, s’élance,
Puis en cadence
Sur un pied danse
Au bout d’un flot.

Publicités